Retour

Sustainability, FM Monitor

Faire de l'immobilier un investissement durable - mais comment ?

Stéphane Maye 10.08.2020

À mesure que la conscience politique et sociale du changement climatique s'accroît, l'attention se porte de plus en plus sur les fonds de pension professionnels. Dans le même temps, l'appel à des investissements respectueux du climat se fait de plus en plus entendre - et à juste titre, selon nous. Après tout, outre ses succès environnementaux, la réduction des émissions de CO2 est également rentable sur le plan financier.

"De plus en plus de produits financiers contenant des placements durables sont lancés sur le marché", a annoncé le SonntagsZeitung dans son rating des fonds de pension de juin 2020, précisant que le nombre d'assurés qui accorderont à l'avenir une importance croissante au placement durable de leurs avoirs de retraite devrait augmenter. Outre les exigences de la société, il existe également une pression croissante du pouvoir législatif, qui se manifeste entre autres par des exigences plus strictes en matière de construction et d'exploitation des bâtiments.

Par exemple, la révision totale de la loi sur le CO2 et donc la détermination de valeurs limites pour les bâtiments existants est en cours de discussion. Des réductions massives sont nécessaires d'ici 2050. La compatibilité climatique de l'immobilier en tant qu'investissement en capital est donc pertinente non seulement d'un point de vue social et écologique, mais aussi d'un point de vue financier et juridique.

Mais comment calculer exactement les émissions de CO2 et simuler les possibilités de réduction ? Bonne nouvelle : c'est plus facile qu'il n'y paraît à première vue. Aucune recherche longue ou collecte fastidieuse de données n'est nécessaire – En effet, nous utilisons des sources d’information préexistantes telles que les décomptes de frais accessoires, les données de base des propriétés ou les informations des systèmes de surveillance déjà existants pour montrer la consommation d'énergie et les émissions de CO2 par propriété. Les éventuelles lacunes en matière de données sont comblées sur la base de données statistiques et de valeurs provenant de notre pool de données , qui compte environ 15 000 biens immobiliers suisses pour 56 millions de m2 de surface totale.

Le portefeuille comme vue d’ensemble

Le résultat est au moins aussi important que la méthodologie. Nous travaillons avec des tableaux de bord interactifs basés sur le web pour assurer un suivi quotidien. Ces cockpits de données peuvent également être intégrés individuellement dans des systèmes internes de gestion de portefeuille. En effet, nous n'examinons pas seulement le bâtiment individuel, mais aussi le portefeuille dans son ensemble. Plus concrètement, nous identifions les propriétés permettant de réduire au maximum les émissions de CO2, indiquons les valeurs limites et les objectifs de durabilité pour chaque bâtiment, et nous pouvons également calculer le potentiel et les coûts de maintenance et d'optimisation opérationnelle. Si vous le souhaitez, nous pouvons également créer un cockpit d'analyse supplémentaire, dans lequel vos propres coûts sont comparés à des références externes, en tenant compte de divers paramètres tels que l'utilisation, la taille, l'année de construction, les revenus locatifs et l'emplacement. Quelques clics suffisent pour identifier les économies potentielles et en déduire des options d'action.

Améliorer l'efficacité énergétique

Comme le montre l'analyse des tendances effectuée l'année dernière par pom+, les propriétaires immobiliers suisses se concentrent désormais avant tout sur l'augmentation de l'efficacité énergétique des bâtiments existants, par exemple en ajustant les courbes de chauffe, sur les rénovations à haute efficacité énergétique telles que l'isolation de l'enveloppe des bâtiments et sur les mesures de substitution visant à promouvoir les énergies renouvelables.

Afin de mettre en œuvre ces mesures de manière ciblée et structurée, et d'éviter ainsi de mauvais investissements, il est nécessaire de mesurer la consommation d'énergie actuelle de manière ciblée. Enfin, il est tout à fait possible qu'à l'avenir la valeur d'investissement des biens immobiliers ne soit plus déterminée uniquement par leur emplacement, mais que les facteurs et les évaluations de durabilité jouent également un rôle.